// Vous lisez...

historique-historic

citations

« i’m a breather »interview de Marcel Duchamp

« je passe très facilement mon temps, mais je ne saurais vous dire ce que je fais... je suis un respirateur . »

Sérendipité (extrait wikipédia) : Le mot anglais serendipity fut créé par Horace Walpole le 28 janvier 1754 pour signifier des « découvertes inattendues, faites grâce au hasard et à l’intelligence ». Concept interdisciplinaire, peu à peu, la sérendipité devient un concept éclairant du travail transdisciplinaire et interdisciplinaire en général, du travail collaboratif en particulier, ainsi que des processus de créativité à l’oeuvre dans la formation du savoir et de l’intelligence collective.

"Hermann Broch" d’Elias Canetti

"Le vice de Broch est d’un genre absolument quotidien, plus quotidien que le tabac, l’alcool et les cartes, car il est plus vieux : le vice de Broch est de respirer. Il respire avec passion, et il ne respire jamais assez.il a une manière à nulle autre pareille, ce faisant, d’être assis, où que ce soit ; apparemment absent, parce qu’il réagit rarement et à contrecoeur seulement par les moyens courants de la langue ; en vérité, présent comme nul autre ; car ce qui l’occupe toujours, c’est la totalité de l’espace où il se trouve : une sorte d’unité atmosphérique (...)

C’est l’absence de défense du souffle dont je voudrais encore parler pour terminer. Il serait difficile de l’exagérer. Il n’y a rien à quoi l’être ouvert soit aussi ouvert qu’à l’air (...) L’air est la dernière propriété commune du collectif. Tout le monde y a communément droit. Il n’est pas réparti d’avance ;le plus pauvre peut même s’en servir (...) Il se pourrait qu’il sente encore, maintenant quelque part, la particule toxique de la dernière guerre. (…) Ce qui est certain toutefois, c’est que lui, qui s’entend mieux que nous à respirer, il suffoque aujourd’hui déjà du gaz qui un jour indéterminé encore, nous coupera le souffle »

Augustin "de civ. dei, XIV 24" "Ne voyons nous pas certains hommes qui se distinguent des autres par la capacité stupéfiante qu’ils ont à faire faire à leur corps tout ce qu’ils veulent ? ... Il s’en trouve même qui font sortir par leur anus, sans émettre la moindre odeur, tant de vents harmonieux, qu’on dirait qu’ils chantent avec cette partie du corps."

"Nudités" de Giorgio Agamben p30 "Percevoir dans l’obscurité du présent cette lumière qui cherche à nous rejoindre et ne le peut pas, c’est cela , être contemporain. C’est pourquoi être contemporain est, une affaire de courage parce que cela signifie être capables non seulement de fixer le regard sur l’obscurité de l’époque, mais aussi de percevoir dans cette obscurité une lumière, qui dirigée vers nous s’éloigne infiniment. Ou encore : être ponctuels à un rendez vous qu’on ne peut manquer. C’est pourquoi le présent que perçoit la contemporanéité a les vertèbres rompues...Son échine est brisée et nous nous tenons exactement au point de la fracture. C’est pourquoi nous lui sommes malgré tout contemporains..."

« Après la tragédie la farce ou comment l’histoire se répète » de Slavoj Žižek

« Après avoir énuméré les accomplissements et les échecs de l’Etat soviétique, Lénine tire la conclusion : « Les communistes qui n’ont pas d’illusions qui ne cèdent pas à l’abattement, et qui préservent leur force et leur flexibilité pour « commencer à partir du commencement » encore et encore à l’abord d’une tâche extrêmement difficile , ceux-là ne sont pas condamnés (et, selon toute probabilité, ils ne périront pas). » C’est du Lénine becketien de la plus belle eau, qui donne envi de citer Cap au pire : « Essayer encore. Rater encore. Rater mieux. » Sa conclusion - « commencer à partir du commencement encore et encore » - montre avec clarté qu’il ne suggère pas tout bonnement de ralentir la progression pour consolider ce qui a déjà été accompli , mais, plus radicalement, de retourner au point de départ : « on devrait commencer à partir du commencement », et non pas du sommet qu’on peut avoir atteint avec succès lors de l’effort précédent.